L'Arbre Sacré

Entre Ciel et Terre...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Albane



Féminin Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2013
Localisation :
Humeur : nostalgique

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Mer 23 Jan - 5:06

Cyrille a écrit:
A mon sens les "pulsions" et tensions sont la même chose que la conscience, la tension ce crée quand l'Être ne parvient pas à exprimer totalement une partie de lui même et donc d'un fragment de conscience, le but n'étant pas de le maîtriser mais de le vivre pour l'assimiler entièrement, cette tendance a assimiler les pulsions à une partie obscure est un schéma que l'on retrouve principalement dans les religions et qui c'est intégré peu à peu à la pensée collective, qui à t'il de mieux que de faire penser à un ensemble d'individus que se maîtriser c'est bien pour les couper d'eux mêmes, tout en assimilant l'expression de l'Être à de la non maîtrise, c'est d'ailleurs très facile à discerner dans la façon dont on éduque aujourd'hui les enfants, la première chose qu'on leur apprend à faire c'est à ne rien faire, et on ce retrouve avec des adultes qui pensent toujours ainsi.


C'est marrant ça, à mon sens, les pulsions, les tensions, les émotions, font partis de l'être, la conscience, pour moi, c'est l'attention à tout ce qui se passe en nous, et à l'extérieur. Parfois, nous réagissons instinctivement justement sans avoir conscience du pourquoi, mais ça fonctionne tout seul, et quand on en n'a pas conscience, on ne peut même pas admettre qu'on se trompe peut-être, car cela reste instinctif, une réaction due à une perception, et celle-ci peut être parfois erronée.Cela je peux l'observer tous les jours, en moi, et chez les autres.

J'essaie de comprendre ta vision des choses, je suis d'accord avec le fait que des choses non-exprimées, conscientes ou pas d'ailleurs produisent des tensions.Pour ma part, je vois cela comme le "surmoi" (Freud), essayant de contrôler le "ça".Ce quelquechose qui au final devient conscient tellement on l'a refoulé, ou bien, quand nous cherchons à comprendre nos mécanismes tout simplement.Et là , nous pourrions remettre en cause cette morale collective effectivement, source de ce handicap parfois à être juste soi.En même temps c'est aussi ce que l'on vit, et notre nature qui nous "dicte" aussi notre conduite, notre morale, ce que l'on considère bon, ou acceptable, et puis nos limitations dans cette collectivité. En fait ce qui me gêne vraiment en fait c'est cette perte d'innocence étant enfant justement,cette "perte" où les choses n'étaient d'ailleurs pas toujours innocentes, mais plus naturelles.C'est une construction tellement logique, afin de vivre en société quand on comprend ce qui nous fait du mal et qu'on ne veut pas le faire soi-même pour les autres. Voilà ici encore une barrière pour moi, quand tout est conscient, c'est un combat, entre notre potentiel sombre acquis et inné et le fait de ne pas vouloir faire souffrir les autres , tout aussi acquis et inné, puisqu' issu d'un vécu et d'une nature qui s'y prête ; et c'est cette pression là, en fait de la non-acceptation de notre nature humaine, sombre et imparfaite, ou le sublime et la laideur se cotoient, qui est difficile à ÊTRE tout simplement. Donc, conclusion si tu mets trop la pression, les non-dits, "ça" finit par exploser, et si tu passe du surmoi au moi, tout simple, il y a des chances quand même de faire, pas moins de dégâts, mais de se faire du bien quotidiennement.Et en même temps, pour faire celà il faut savoir communiquer de façon à ne pas trop heurter les gens, à mon sens, car le surmoi veille, et celui des autres également !!!! et inversement je pense que si le moi passe en mode "ça" à force d'excès et oublie son surmoi, il va venir te donner la correction un jour ou l'autre !! d'où cette culpabilité peut-être et ce réajustement qui s'en suivrait. Se croire libre et une illusion.Être soi et un chemin.Les réactions des autres c'est vrai ne nous appartiennent pas, mais savoir ce que l'on génère ou pas , c'est ça la conscience.Travailler sa communication pour éviter de lincher et de se faire lincher tout en exprimant ces pensées est tout à fait sain à partir du moment ou à la base nous retrouvons ce que nous avons de plus intact en nous.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Mer 23 Jan - 6:17

Albane a écrit:
Travailler sa communication pour éviter de lincher et de se faire lincher tout en exprimant ces pensées est tout à fait sain à partir du moment ou à la base nous retrouvons ce que nous avons de plus intact en nous.

Je pense que plus on avance et plus l'on ce fiche de faire du mal ou du bien à l'être incarné, ce sont des choses sans importance, d'autant plus que ce qui fait du mal à l'incarnation peut être ce qui est permet de libérer l'Être qui est lui est réel, et vice versa ce qui fait du bien peut très bien faire stagner et conforter dans des schémas, c'est pour cela qu'a mon sens c'est en ce débarrassant profondément de ces limites que l'on peut intégrer en soi nous parties les plus hautes, la vie n'a pas à être confortable elle a juste à être vécu, je pense que c'est l'ego humain qui veut penser que l'univers est quelque chose de réconfortant qui s'intéresse à lui
Revenir en haut Aller en bas
Albane



Féminin Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2013
Localisation :
Humeur : nostalgique

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Mer 23 Jan - 7:04

Cyrille a écrit:

Je pense que plus on avance et plus l'on ce fiche de faire du mal ou du bien à l'être incarné, ce sont des choses sans importance, d'autant plus que ce qui fait du mal à l'incarnation peut être ce qui est permet de libérer l'Être qui est lui est réel, et vice versa ce qui fait du bien peut très bien faire stagner et conforter dans des schémas, c'est pour cela qu'a mon sens c'est en ce débarrassant profondément de ces limites que l'on peut intégrer en soi nous parties les plus hautes, la vie n'a pas à être confortable elle a juste à être vécu, je pense que c'est l'ego humain qui veut penser que l'univers est quelque chose de réconfortant qui s'intéresse à lui

Je n'ai jamais pu penser cela, à la limite se moquer de ce que les gens pensent, ça c'est libérateur. Oui, je suis consciente également que quand on "pique", certains se redressent et se réveillent, mais sur une personne déjà bien abattue je pense que ce n'est pas la meilleure solution, c'est un risque à prendre, quand rien ne fonctionne, et si générosité il y a c'est dans cette distinction selon moi.Mon côté maternel peut-être, et réconfort sans doute, alors bien évidemment ramené encore à cet univers incompréhensible car tellement en décalage avec ce que nous vivons c'est un peu facile pour se déculpabiliser je trouve, l'incarnation est dans l'univers et ce que nous vivons, éprouvons, moralisons, est une partie de lui, et même s'il n'en a rien à foutre, je ne suis pas lui, je suis une de ses infimes composantes.

Ce que tu dis implique de casser les limites de sa nature propre si j'ai bien compris, à moins que ta nature à toi t'autorise à faire abstraction de la nature des autres, je comprends ce que tu dis, et ça paraît en fait assez vrai dans un sens, ou il n' y a plus de blocage mental, ni de dualité, juste être, oui, finalement même si c'est une aspiration en moi, au final, je me demande si ma nature féminine m'y autorise quand même ... Rolling Eyes

Sinon, je suis d'accord, la vie n'est pas du tout confortable d'ailleurs, nous comblons avec un pseudo confort matériel, des addictions, parfois à outrance sans que l'essentiel soit vécu, un côté superficiel, froid et mort, qui en fait tue toute grâce du moment, c'est quand on en a moins d'ailleurs qu'on apprécie réellement , l'accumulation et la capitalisation; les excès, sont des exutoires quelquepart, un confort d'ailleurs dans ce sens, qui sécurise et qui peut apporter une certaine sérénité, une certaine frénésie, mais qui au final éteint toute flamme de vie allumée,enfin certains aspects tout du moins, à mon sens, rhaa, la peur...


Bon j'ai dévié largement il me semble, mais dans l'ensemble ce que tu dis m'a toujours plus ou moins parlé , mais je n'arrive tout simplement pas à me dire rien à foutre.La conscience dont tu parlais, je la perçois mieux, mais elle s'est éloignée vachement de moi on va dire, comme ça je pourrais dire que c'est une conscience inconsciente, mais ce n'est que mon mental, en fait tu parlais conscience au niveau même de l'état vibratoire de l'univers je suppose, ou quelquechose qui s'en rapproche, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sharifa

avatar

Féminin Messages : 89
Date d'inscription : 06/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Mer 23 Jan - 20:32

Kutnahorum a écrit:

Ma compréhension (en cet instant T) de ce que tu exprimes, c'est qu'il faut à la fois comprendre (éclairage par l'esprit), pour s'en libérer, en tirer des leçons et avancer ; et être doux avec soi-même, compatissant et indulgent, sans complaisance et même avec courage (éclairage par le coeur). Le tout permet la guérison, la libération, la transformation.

Je crois que tu résumes bien ce que je voulais émettre
sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espritsrebelles.canalblog.com/pages/bienvenue/25282278.ht
Sharifa

avatar

Féminin Messages : 89
Date d'inscription : 06/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Mer 23 Jan - 20:41

Citation :
" maman, d'où est-ce qu'elle provient l'ombre ?" et moi tout naturellement, et bien, de la lumière !
En dessin, c'est l'ombre qui met le relief et permet donc de "voir" la lumière !


sur cette image, on a l'impression que c'est la lumière qui "éclaire" l'ombre, mais si on le dessine, alors c'est la maîtrise du noir, qui permettra à toutes les nuances du blanc d'exister !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espritsrebelles.canalblog.com/pages/bienvenue/25282278.ht
Kutnahorum
Admin
avatar

Masculin Scorpion Chien
Messages : 526
Date de naissance : 17/11/1970
Date d'inscription : 05/05/2012
Age : 46
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Mer 23 Jan - 20:49

Albane a écrit:
Sinon, je suis d'accord, la vie n'est pas du tout confortable d'ailleurs, nous comblons avec un pseudo confort matériel, des addictions, parfois à outrance sans que l'essentiel soit vécu, un côté superficiel, froid et mort, qui en fait tue toute grâce du moment, c'est quand on en a moins d'ailleurs qu'on apprécie réellement , l'accumulation et la capitalisation; les excès, sont des exutoires quelquepart, un confort d'ailleurs dans ce sens, qui sécurise et qui peut apporter une certaine sérénité, une certaine frénésie, mais qui au final éteint toute flamme de vie allumée,enfin certains aspects tout du moins, à mon sens, rhaa, la peur...
Complètement d'accord.

On pourrait dire qu'on se focalise sur des peurs de surface, des faux besoins, liés à l'argent, au confort, aux diverses substances, au sexe, à la satisfaction égotique, etc., qui nous permettent de ne pas voir des peurs plus profondes, comme la peur de ne pas être aimé, ou la peur d'être aimé, ou encore plus profondément, la peur d'exister ou de ne pas exister (se fondre dans le Tout).
Mais voir et affronter ces peurs plus profondes que les peurs de surface qui nous régissent est la seule manière de se libérer et d'évoluer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sharifa

avatar

Féminin Messages : 89
Date d'inscription : 06/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Mer 23 Jan - 21:04

Alabane a écrit:
et c'est cette pression là, en fait de la non-acceptation de notre nature humaine, sombre et imparfaite, ou le sublime et la laideur se cotoient, qui est difficile à ÊTRE tout simplement.

Je crois que le premier pas est cette acceptation de notre ténébreuse et imparfaite nature humaine qui est le début du chemin, lorsque le "sublime" et la "laideur" sont vus de manière parfaitement identique et d'égale valeur.

Kutnahorum a écrit:
Mais voir et affronter ces peurs plus profondes que les peurs de surface qui nous régissent est la seule manière de se libérer et d'évoluer.
sunny

Cyrille a écrit:
Je pense que plus on avance et plus l'on ce fiche de faire du mal ou du bien à l'être incarné, ce sont des choses sans importance
Je crois que si "on se fiche de faire du mal ou du bien" alors il manque un élément essentiel : la compassion. Pour moi c'est préjudiciable autant à celui qui émet qu'à celui qui reçoit et n'est pas en mesure de recevoir dans l'instant T.
Lorsque l'on veut éclairer quelqu'un on ne peut pas lui mettre une lampe torche en pleine figure, on ne fait que l'aveugler davantage. Le premier réflexe est de se mettre la main devant les yeux, plus la lumière est intense, plus on se voile les yeux pour ne pas avoir mal.

A mon sens, la clarté de l'esprit doit toujours être tempérée et accompagnée par les ténèbres du cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espritsrebelles.canalblog.com/pages/bienvenue/25282278.ht
Albane



Féminin Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2013
Localisation :
Humeur : nostalgique

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Jeu 24 Jan - 4:19

Je voulais juste rajouter que j'ai très bien compris Cyrille dans le sens où il n'est plus question d'avoir des réticences à être soi à cause des possibles conséquences, et que la conscience dont il parle, c'est son être qui s'exprime totalement libéré de la dualité, et ce qui à mon sens n'exclue en rien la compassion, mais ça, ça dépend de chacun.

Une petite question comme ça, aimez-vous le blanc ? en vêtement, peinture... ? Parce que en y pensant, je n'ai jamais réellement pu en porter, une sorte de débectation a une telle blancheur "plus blanc que blanc", et j'ai toujours préféré le noir, la nuit. Et en fait je pense que beaucoup sont attirés par le côté sombre, mais je me trompe peut-être. Sans cela, effectivement, ça manque certainement de relief, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Jeu 24 Jan - 6:47

Sharifa a écrit:
Cyrille a écrit:
Je pense que plus on avance et plus l'on ce fiche de faire du mal ou du bien à l'être incarné, ce sont des choses sans importance
Je crois que si "on se fiche de faire du mal ou du bien" alors il manque un élément essentiel : la compassion. Pour moi c'est préjudiciable autant à celui qui émet qu'à celui qui reçoit et n'est pas en mesure de recevoir dans l'instant T.
Lorsque l'on veut éclairer quelqu'un on ne peut pas lui mettre une lampe torche en pleine figure, on ne fait que l'aveugler davantage. Le premier réflexe est de se mettre la main devant les yeux, plus la lumière est intense, plus on se voile les yeux pour ne pas avoir mal.

A mon sens, la clarté de l'esprit doit toujours être tempérée et accompagnée par les ténèbres du cœur.
Non parce que tout est inclut dans une vision plus vaste, donc la compassion prend juste un autre sens, qui n'est pas porté sur l'ego et les ressentiments de chacun mais sur un Tout qui s'exprime a travers des Êtres
Revenir en haut Aller en bas
Sharifa

avatar

Féminin Messages : 89
Date d'inscription : 06/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Jeu 24 Jan - 10:21

Albane a écrit:
Je voulais juste rajouter que j'ai très bien compris Cyrille dans le sens où il n'est plus question d'avoir des réticences à être soi à cause des possibles conséquences
Même si je comprends je ne peux pas adhérer car justement je pense que moins on a de réticence à être Soi, plus on est attentif à la parole prononcée.

Cyrille a écrit:
Non parce que tout est inclut dans une vision plus vaste, donc la compassion prend juste un autre sens, qui n'est pas porté sur l'ego et les ressentiments de chacun mais sur un Tout qui s'exprime a travers des Êtres

La partie est incluse dans le Tout, certes, mais faire abstraction de ce qu'elle est dans l'instant parce qu'elle s'insère dans un Tout tellement vaste qu'il nous est impossible de l'appréhender n'est pas, pour moi, une démarche juste (de justesse).
Un seul mot, peut plonger parfois quelqu'un dans un profond désespoir, un autre peut au contraire le réconforter et l'apaiser.

Avec la conscience de Soi, vient une plus grande conscience de l'Autre. Aussi je ne crois pas que l'on puisse "se ficher de faire du mal ou du bien", je crois que naturellement l'attention portée à l'autre fait que l'on a plus à être constamment attentif à ses paroles, car elles ne peuvent plus être blessantes. Cela peut se rejoindre dans l'idée, mais dans la pratique cela n'a vraiment rien à voir.

Certaines personnes supporteront, voir auront besoin, qu'on leur parle durement, d'autre au contraire auront besoin d'être rassurée. La douceur, tout autant que la sévérité, peut être sans complaisance.

Alors même si je comprends ce que tu dis, Cyrille, pour moi il est toujours important de ramener la théorie à ce que je vis. Et ce que je vis me montre chaque jour que la parole dite est importante et que l'intention qui est au départ conditionne la façon dont elle sera entendue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espritsrebelles.canalblog.com/pages/bienvenue/25282278.ht
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Jeu 24 Jan - 10:34

Et un grand désespoir est parfois une porte ouverte vers un changement et un réconfort une cage dont on ne s'extirpera jamais,
je n'ai jamais dis qu'il fallait faire abstraction, j'ai dis que les points déterminants se déplaçaient, et de toute façon on ne peut faire que ce dont on est conscient, on ne sait jamais à l'avance si notre action est la plus juste, savoir ce dont les gens ont besoin n'est qu'une approximation personnelle, et pour dépasser cette approximation il faut vivre pleinement ce en quoi on croit, sans quoi on ne voit jamais ce dont on était pas conscient,
je sais bien que tout ça ne sont que des expressions bien abstraites qui peuvent laisser libre court a toutes les dérives, interprétations, et amalgames, c'est pour cela que je ne parle que très rarement dans un sens générale.
Revenir en haut Aller en bas
Albane



Féminin Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2013
Localisation :
Humeur : nostalgique

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Jeu 24 Jan - 10:51

Sharifa a écrit:


Un seul mot, peut plonger parfois quelqu'un dans un profond désespoir, un autre peut au contraire le réconforter et l'apaiser.

Avec la conscience de Soi, vient une plus grande conscience de l'Autre. Aussi je ne crois pas que l'on puisse "se ficher de faire du mal ou du bien", je crois que naturellement l'attention portée à l'autre fait que l'on a plus à être constamment attentif à ses paroles, car elles ne peuvent plus être blessantes.

Très très juste à mon sens

Désolée d'intervenir entre deux mais que fais-tu quand tu as affaire à quelqu'un de particulièrement blessant ?


Dernière édition par Albane le Jeu 24 Jan - 10:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sharifa

avatar

Féminin Messages : 89
Date d'inscription : 06/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Jeu 24 Jan - 10:54

Cyrille a écrit:
Et un grand désespoir est parfois une porte ouverte vers un changement et un réconfort une cage dont on ne s'extirpera jamais,
je n'ai jamais dis qu'il fallait faire abstraction, j'ai dis que les points déterminants se déplaçaient, et de toute façon on ne peut faire que ce dont on est conscient, on ne sait jamais à l'avance si notre action est la plus juste, savoir ce dont les gens ont besoin n'est qu'une approximation personnelle, et pour dépasser cette approximation il faut vivre pleinement ce en quoi on croit, sans quoi on ne voit jamais ce dont on était pas conscient,
je sais bien que tout ça ne sont que des expressions bien abstraites qui peuvent laisser libre court a toutes les dérives, interprétations, et amalgames, c'est pour cela que je ne parle que très rarement dans un sens générale.



J'avais bien compris, et c'est aussi pour cela qu'il m'avait semblé important de mettre un bémol, dans le sens où, trop de hauteur peut être parfois déstabilisant pour qui ne vit pas cela.

Si le désespoir est toujours une porte ouverte vers un changement (que l'on prend ou non) le réconfort ne peut pas être une cage. Mais un palier sur lequel se reposer le temps de reprendre des forces sur le chemin. Car le réconfort, n'est pas le confort pour le confort, mais bien quelque chose qui est transitoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espritsrebelles.canalblog.com/pages/bienvenue/25282278.ht
Sharifa

avatar

Féminin Messages : 89
Date d'inscription : 06/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Jeu 24 Jan - 11:01

Albane a écrit:

Très très juste, le problème par contre, c'est que fais-tu quand tu as affaire à quelqu'un de particulièrement blessant ?

Nous ne sommes pas responsable de l'autre et ne pouvons rien en ce qui le concerne.
Losque l'autre me blesse, c'est qu'il y a en moi une blessure non guérie qui entre en résonnance avec les mots blessants de l'autre. Car fondamentalement, l'autre ne peut pas me blesser. Physiquement, bien sûr, il le peut, mais psychiquement, moralement, il ne peut rien si tout en moi est apaisé, ou si j'ai conscience des blessures qui sont réactivées. Cet autre blessant devient alors un révélateur pour moi et même si dans l'instant je ne l'en remercie pas, dans l'absolu, je lui en suis reconnaissante.

Quand l'autre est blessant pour un tiers et que j'assiste à cela, je ne peux rien faire non plus dans l'instant car c'est leur histoire. Je peux tout au plus, réconforter celui qui est blessé et essayer d'apaiser celui qui est blessant. Car il faut bien comprendre qu'une personne blessante est elle-même blessée. Ce n'est pas facile à vivre, mais là... je rejoins Cyrille !Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espritsrebelles.canalblog.com/pages/bienvenue/25282278.ht
Albane



Féminin Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2013
Localisation :
Humeur : nostalgique

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Jeu 24 Jan - 11:06

Sharifa a écrit:
J'avais bien compris, et c'est aussi pour cela qu'il m'avait semblé important de mettre un bémol, dans le sens où, trop de hauteur peut être parfois déstabilisant pour qui ne vit pas cela.
Si le désespoir est toujours une porte ouverte vers un changement (que l'on prend ou non) le réconfort ne peut pas être une cage. Mais un palier sur lequel se reposer le temps de reprendre des forces sur le chemin. Car le réconfort, n'est pas le confort pour le confort, mais bien quelque chose qui est transitoir.

Exactement, le réconfort c'est cela, et c'est aussi savoir accepter sa faiblesse, et sa nature tout simplement.Et c'est aussi quelquechose de plus profond, se moquer de cela c'est se leurrer soi-même.Si l'on savait mieux se réconforter d'ailleurs, il y aurait moins d'angoisses, moins de tensions, moins de peurs, et moins de désespoir, à mon sens.Merci Sharifa, ça me remet sur les rails moi ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albane



Féminin Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2013
Localisation :
Humeur : nostalgique

MessageSujet: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Jeu 24 Jan - 11:21

Sharifa a écrit:
Albane a écrit:

Très très juste, le problème par contre, c'est que fais-tu quand tu as affaire à quelqu'un de particulièrement blessant ?

Nous ne sommes pas responsable de l'autre et ne pouvons rien en ce qui le concerne.
Losque l'autre me blesse, c'est qu'il y a en moi une blessure non guérie qui entre en résonnance avec les mots blessants de l'autre. Car fondamentalement, l'autre ne peut pas me blesser. Physiquement, bien sûr, il le peut, mais psychiquement, moralement, il ne peut rien si tout en moi est apaisé, ou si j'ai conscience des blessures qui sont réactivées. Cet autre blessant devient alors un révélateur pour moi et même si dans l'instant je ne l'en remercie pas, dans l'absolu, je lui en suis reconnaissante.

Quand l'autre est blessant pour un tiers et que j'assiste à cela, je ne peux rien faire non plus dans l'instant car c'est leur histoire. Je peux tout au plus, réconforter celui qui est blessé et essayer d'apaiser celui qui est blessant. Car il faut bien comprendre qu'une personne blessante est elle-même blessée. Ce n'est pas facile à vivre, mais là... je rejoins Cyrille !Wink

Oui, je ne le sais que trop, et je remercie déjà ceux qui m'ont blessés et en même temps je leur en veux.. et c'est ça qui remonte parfois, parce qu'il y a parfois des dégâts considérables et aucun retour en arrière possible , un désespoir amer sur un potentiel tué dans l'oeuf. Tu fais preuve d'une belle sagesse, mais bon, parfois, nous vivons des situations dramatiques, et intervenir pour éviter que ça n'aille plus loin, est presque une question de survie qui est loin d'être individuelle ; je ne sais pas ce qu'il faut en penser, c'est toujours une prise de risque, et c'est très pesant,et l'on ne choisit pas forcément. même si l'on sait qu'aucune des deux parties n'a ni tort ni raison, mais juste qu'ils ont créé et perçé un abcès.


Dernière édition par Albane le Jeu 24 Jan - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kutnahorum
Admin
avatar

Masculin Scorpion Chien
Messages : 526
Date de naissance : 17/11/1970
Date d'inscription : 05/05/2012
Age : 46
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Jeu 24 Jan - 11:45

Je pense pour ma part qu'il faut en effet d'abord vivre pour soi, en exerçant son pouvoir personnel et sa responsabilité, sans laisser les autres nous laisser les exercer à notre place et sans les exercer à la place de l'autre ; mais sans tomber dans "le chacun pour soi" et l'ignorance ou l'inconscience des conséquences de nos actes (qu'on ne peut certes pas connaître à l'échelle de l'absolu et de la vérité ultime, mais dans ces conditions, autant ne rien faire ou se livrer aux pires absurdités...).

Il ne s'agit pas de se contrôler, de réfréner nos instincts, mais bien au contraire de les maîtriser, en exerçant notre pouvoir personnel et son corollaire, la responsabilité ; et en se servant de ces instincts pour évoluer, en les sublimant, plutôt que laisser les instincts se servir de nous.
Se maîtriser signifie avant tout être maître de sa vie, maître de son destin. Pour sortir de son rôle de victime qui subit sa vie. Mais aussi de son rôle de sauveur ou de persécuteur qui cherchent à contrôler la vie des autres faute de pouvoir maîtriser la leur.


Je crois qu'il y a deux choses à distinguer, et que c'est important de le souligner. D'une part la responsabilité, et d'autre part la souffrance.

On doit en effet laisser à l'autre la responsabilité de sa souffrance, sans se l'attribuer en jouant un rôle de sauveur ou de victime.
Mais on doit aussi soulager la souffrance, même si l'autre est responsable de sa souffrance ; et ne pas rajouter de souffrance inutile.

Si par exemple quelqu'un qui boit ou fume a des problèmes de santé, je ne vois pas pourquoi on ne le soignerait pas, ou on lui dirait que c'est de sa faute et bien fait pour lui, sous prétexte qu'il est responsable de sa situation.
En revanche, il faut en effet le mettre, ou le laisser, face à ses responsabilités. Mais pas le culpabiliser. La responsabilité et la culpabilité, trop souvent confondus, sont deux choses très différentes (cela mériterait un sujet à part entière)...

C'est important de souligner cette distinction entre le traitement de la responsabilité et le traitement de la souffrance, car trop souvent la confusion est faite.
Soit on laisse l'autre souffrir, voire on le fait souffrir sans remords, sous prétexte que "c'est son karma", que sur un plan ultime ça peut lui faire du bien, etc. ; soit on soulage la souffrance, mais on le soulage aussi de sa responsabilité (et donc aussi de son pouvoir personnel...), en le maintenant dans un rôle de victime dépendante. Dans les deux cas, cela me semble très nocif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kutnahorum
Admin
avatar

Masculin Scorpion Chien
Messages : 526
Date de naissance : 17/11/1970
Date d'inscription : 05/05/2012
Age : 46
Localisation : Paris

MessageSujet: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Jeu 24 Jan - 11:52

J'ajouterais que pour prétendre être dans la non-dualité, pour pouvoir se placer au-delà du bien et du mal, il faut déjà avoir dépassé énormément de choses, ne plus être prisonnier de ses peurs, de ses souffrances, de ses complexes, de ses besoins, de ses désirs, etc. Pas une mince affaire...
Sinon, le résultat est toujours catastrophique pour soi et pour les autres...
Et très très peu de personnes peuvent prétendre à cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sharifa

avatar

Féminin Messages : 89
Date d'inscription : 06/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Ven 25 Jan - 13:50

Kutnahorum a écrit:
Il ne s'agit pas de se contrôler, de réfréner nos instincts, mais bien au contraire de les maîtriser,

J'utilise souvent l'image du cheval que l'on monte pour cela. On ne peut pas empêcher un cheval d'avoir peur, d'avoir des réactions désordonnées, voir violentes. Mais lorsque l'on a la maîtrise, on reste dessus quoiqu'il fasse et lorsqu'il est calmé, on peut reprendre là où on en était resté lorsqu'il a commencé à "faire des siennes" !Very Happy

kutnahorum a écrit:
J'ajouterais que pour prétendre être dans la non-dualité, pour pouvoir se placer au-delà du bien et du mal, il faut déjà avoir dépassé énormément de choses, ne plus être prisonnier de ses peurs, de ses souffrances, de ses complexes, de ses besoins, de ses désirs, etc. Pas une mince affaire...

En effet. Et ne plus être prisonnier ne veut pas forcément dire qu'elles n'existent plus, mais bien qu'on peut les observer et partant de là, comme avec l'exemple du cheval, reprendre le contrôle lorsque les choses se sont calmées, au lieu de "vider les étriers" et de se retrouver à terre totalement impuissant face à ses propres réactions.

Aider l'autre ou non vis-à-vis de sa souffrance est pour moi un tout autre débat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espritsrebelles.canalblog.com/pages/bienvenue/25282278.ht
Kutnahorum
Admin
avatar

Masculin Scorpion Chien
Messages : 526
Date de naissance : 17/11/1970
Date d'inscription : 05/05/2012
Age : 46
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Mar 29 Jan - 1:44

Sharifa a écrit:

En effet. Et ne plus être prisonnier ne veut pas forcément dire qu'elles n'existent plus, mais bien qu'on peut les observer et partant de là, comme avec l'exemple du cheval, reprendre le contrôle lorsque les choses se sont calmées, au lieu de "vider les étriers" et de se retrouver à terre totalement impuissant face à ses propres réactions.
Je poursuis en donnant mon point de vue sur ce sujet particulier, qui me semble important, dans un nouveau topic :
http://arbresacre.forumactif.com/t128-le-travail-sur-les-emotions#1280
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kutnahorum
Admin
avatar

Masculin Scorpion Chien
Messages : 526
Date de naissance : 17/11/1970
Date d'inscription : 05/05/2012
Age : 46
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   Mar 29 Jan - 1:56

Sharifa a écrit:
Aider l'autre ou non vis-à-vis de sa souffrance est pour moi un tout autre débat.
Oui, je suis d'accord avec toi, j'ai donc créé un nouveau sujet en y insérant la discussion sur ce point :

http://arbresacre.forumactif.com/t129-l-aide-aux-autres-faut-il-eviter-aux-autres-de-souffrir-pour-les-aider-ou-faut-il-les-faire-souffrir-pour-les-aider#1284
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Faut-il se maîtriser et éviter de faire du mal ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut-il avoir rédigé un mémoire de master 2 pour se présenter à l'agrégation ?
» Faut-il se présenter aux oraux pour valider l'admissibilité à l'agrég externe ?
» Stage en protection maternelle et infantile
» Toulouse et ses quartiers à éviter
» Ces médicaments qu'il vaudrait mieux éviter de prendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arbre Sacré :: LE TRONC :: LE FEU (et la lumière) :: Le cheminement spirituel et personnel-
Sauter vers: